Lettre ouverte à Monsieur Jean-Pierre Lecoq

Lettre ouverte à :

 

Monsieur Jean-Pierre Lecoq

Maire de Paris 6ème Arrondissement
78, rue Bonaparte - 75006 PARIS

Paris, le 27 avril 2016

 

Monsieur le Maire

Vous êtes l'auteur d'un éditorial « A propos des Roms » dans le bulletin Notre 6ème, n° 292, du mois d'avril 2016.

Si nous vous écrivons, c'est que vous semblez manquer d'informations sur l'ensemble d'une population rom que vous stigmatisez.

Les Roms, Monsieur Lecoq, ne sont pas originaires d'Asie centrale. Et ils ne se sont pas précipités il y a six ans sur l'Europe, tels les Huns dont on parle dans les anciens livres d'école, et encore moins pour quadriller le territoire parisien et y commettre des actes délictueux. Les ancêtres des Roms ont été déplacés depuis l'Inde, certains ont traversé l'Asie centrale, les mondes byzantin et musulman au Moyen-Age, des groupes de populations roms vivent dans de nombreux pays d'Europe, en France en particulier depuis le XIVe siècle, et non pas depuis six ans. Le Conseil de l'Europe fait état de 300 à 500 000 Roms vivant en France, la plupart sont français1 : les migrants récents de l'Est vivant dans des conditions précaires ne représentent qu'un vingtième de cette population.

 

Concernant ceux-ci, il est diffamatoire de prétendre que la plupart d'entre eux font partie de réseaux mafieux. C’est la démarche caractéristique de tout racisme : généraliser pour tout un groupe la caractéristique de quelques-uns. Vous êtes-vous interrogé sur la légitimité de mentionner l'origine ethnique ou la nationalité d'auteurs de délits lorsqu'ils sont roms ou roumains, et pas lorsqu'ils sont français, anglais, lituaniens ou autres … ? Savez-vous que les responsables de l'hebdomadaire Valeurs Actuelles ont été condamnés en appel, en décembre 2015, pour provocation à la discrimination, la haine ou la violence raciale pour un dossier sur les Roms qui développait ce genre de stigmatisation ? Diversifiez vos lectures et lisez plus attentivement Le Parisien : il lui arrive aussi de rendre compte de la réalité des habitants roms des bidonvilles2.

 

Les personnes de nationalité roumaine ou venant d'autres pays de l'Est de l'Europe qui mendient à Paris et celles qui vivent dans des bidonvilles ailleurs en France, ce sont des Roms pour une grande part, mais pas seulement. Elles sont surtout extrêmement pauvres. Ce sont des citoyens européens dont les droits doivent être respectés. Stigmatiser ces personnes revient à les faire apparaître comme responsables de leur situation, à légitimer les discriminations qui les frappent. Elles ne vivent pas dans des « camps » parce que ce serait leur mode de vie choisi, mais elles ont construit des bidonvilles parce qu'elles n'avaient nulle part ailleurs où se loger.

 

Mais les Huns, ne seraient-ce pas plutôt ces élus qui, comme Mr Trinquier, maire de Wissous se vantent de « n'avoir eu de cesse d'effacer les stigmates du passage des quelques (sic) 800 roms (sic) sur notre commune », ou comme Mr Marc-Etienne Lansade, maire de Cogolin paradent sur les ruines d'un bidonville ? Il arrive en effet qu’après des évacuations de terrains, « l'herbe ne repousse pas ». Il arrive que des personnes qui ont connu plusieurs expulsions cessent de se battre pour envoyer les enfants à l'école, pour se soigner, apprendre le français... Le rôle des élus des collectivités territoriales est de rechercher, avec l'Etat et les associations, comment mettre fin à la grande précarité, trouver des solutions, pérennes ou en attendant provisoires, pour mettre à l'abri ces personnes et leur permettre de se stabiliser. Ce n’est pas de raser, en se justifiant par des stéréotypes racistes, le lieu de vie de personnes qui n'auront d'autre solution que de s'installer ailleurs, pas plus que de dissuader par des propos diffamatoires les personnes touchées par une pauvreté, qui malgré vos regrets n'est plus un délit.

 

Monsieur le Maire, le MRAP sera toujours vigilant (politiquement et éventuellement juridiquement) sur les attitudes et propos qui, dans l’espoir de séduire à court terme quelques électeurs, encouragent les préjugés et les haines qui menacent les fondements mêmes de notre société et les valeurs du « vivre ensemble ». Votre devoir de responsable politique est au contraire de promouvoir ces valeurs.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

 

Le Bureau Exécutif du MRAP

1Conseil de l'Europe - Estimations sur la population rom dans les pays européens : http://www.coe.int/fr/web/portal/roma

2Article du 16 février 2016 à propos d'une intervention policière en février à Saint-Denis due à la présence d'auteurs de délits sur un terrain : « Saint-Denis - Les Roms de Voltaire sous le choc après la double descente de police »

-- 
Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples
43 bd Magenta - 75010 Paris - Tél. : 01 53 38 99 82

Site web :http://www.mrap.fr
Canal vidéo :http://www.dailymotion.com/MRAP-Officiel
Facebook :https://www.facebook.com/pages/MRAP/823565947739102?ref=hl
Twitter :http://twitter.com/MRAP_Officiel